Le Protestantisme en Bourgogne
à l'époque de la Révocation de l'Edit de Nantes
.

 

 

NOUVEAUX CONVERTIS

 

L'Edit de Fontainebleau du 10 octobre 1685 portant révocation de l'Edit de Nantes, conduisit de nombreux protestants, en Bourgogne comme ailleurs, à choisir l'exil plutôt que l'abjuration. A titre d'exemple : C. LAVIROTTE dans ses "Annales de la ville d'Arnay-le-Duc" mentionne 300 protestants pour 3 000 habitants à cette époque. La Révocation fit péricliter les fabriques de draps et de tissages Le nombre de métiers à tisser à Arnay passa de 60 à 14 en 1701. Les "nouveaux convertis," comme on les appelait, inspiraient peu confiance puisque, trois ans plus tard en 1688, on les contraignait à déposer à l'Hôtel de Ville les armes qu'ils détenaient. Le 1er septembre 1692 encore, l'Intendant rappelle que les protestants soumis doivent être exclus de l'accès aux charges de la magistrature. L'abjuration de beaucoup d'entre eux était bien sûr plus formelle que réelle. Même en Bourgogne un culte secret persistait. Ils étaient soupçonnés de se réunir en cachette. Louvois, ministre de Louis XIV, ordonna de rechercher ces assemblées, de tuer le plus grand nombre de participants sans distinction d'âge ou de sexe et de faire le procès très rapide des survivants. Le 13 avril 1693, l'intendant ordonna au nom du roi, que leurs enfants (pour ceux qui disposaient d'un revenu suffisant) devaient être placés d'autorité, les garçons dans les collèges ou écoles catholiques et les filles dans les couvents. Une enquête effectuée en 1695 à la demande de Monseigneur Gabriel de Roquette, évêque d'Autun, par deux de ses Grands Vicaires et le curé de Couches est assez édifiante. C'est le résultat de cette enquête que nous proposons ici et dans les numéros suivants. Si le protestantisme n'eut pas, comme dans d'autres régions de France, la possibilité de persister, certains éléments n'acceptèrent jamais cette contrainte imposée à leur conscience. La fin du protestantisme à Couches est fixée à la mort le 27 mars 1775 d'Elisabeth LAPREE qui avait 11 ans lors de la visite des nouveaux convertis.

Les Archives Départementales de Saône-et-Loire, dans le fonds de l'Évêché d'Autun conservent le résultat de ces enquêtes pour Couches, Vault-de-Lugny et Paray-le-Monial. La bonne conscience cynique et naïve à la fois des enquêteurs nous éclaire sur les sentiments de cette époque. Plus pathétique encore parait le combat que mènent les nouveaux convertis pour continuer à suivre leur conscience tout en restant respectueux de l'autorité royale.

 

Couches (71)

Liste des nouveaux convertis en 1685 (1).
Liste des nouveaux convertis en 1685 (2).
Procès verbal pour fuite contre la dlle Geouffroy (1719).

Paray le Monial (71)

Liste des nouveaux convertis avant 1699.
Liste des nouveaux convertis avant 1700.

Vault Jaucourt près d'Avallon (89)

Liste des nouveaux convertis.
Correspondance du curé de Vault en 1687.


Retour la page précédente

Haut de la Page